Pour cet article, je me permettrais de mettre en citation les propos de l’auteure de l’article d’origine (que j’aurai préalablement traduit comme j’aurais pu) et de donner mon avis en-dessous de chaque citation (avis qui n’engagera que moi).

« C’est quelque chose qui est toujours un sujet de conversation : l’industrie du jeu est-elle misogyne / sexiste ? » Maintenant, avant de plonger dans l’ensemble de l’industrie du jeu dans son intégralité, demandons-nous d’abord « Que sont des jeux vidéo sexistes ? »

Aujourd’hui, la réponse à cette question est divisée (pour le dire légèrement), une partie des joueurs, peu importe leur genre, sera d’accord pour dire que les jeux vidéo le sont, tandis qu’une autre ne le sera pas, prônant le fait qu’il y a une bonne quantité de joueuses, les protagonistes et les joueurs masculins accueillant les joueurs féminins à bras ouverts.

Alors je serais de ceux qui disent qu’effectivement, les jeux vidéos le sont. Pourquoi ? Eh bien quand on voit, à titre d’exemple, les jeux Tomb Raider, mettant comme héroïne une femme que la plupart des joueurs et joueuses reconnaissent uniquement grâce à sa forte poitrine… Et même pour l’article original : l’image utilisé en Une vient de Dead or Alive, ai-je vraiment besoin d’en rajouter ?

Quand le seul argument marketing, c’est que le personnage principal, féminin, à une grosse poitrine / un beau cul, il y a des questions à se poser.

Ce n’est pas seulement la communauté des jeux, soit si vous avez remarqué ces dernières années développeurs de joueurs et joueuses, les éditeurs et développeurs font progressent dans ce sens pour ajouter plus de protagonistes féminins et / ou ajoutant la possibilité d’avoir un personnage féminin personnalisable dans leurs jeux vidéo.

Alors personnellement, bien qu’ayant un peu lâché l’affaire avec les jeux vidéo, je dois avouer que le premier jeu qui me vient à l’esprit quand je lis ce genre de phrases, c’est Pokémon (Vert Feuille pour ma part, où nous pouvons choisir d’incarner un garçon ou une fille, peu importe qu’on soit un garçon ou une fille originellement -bien sûr, hormis les règles d’orthographe et de grammaire qui doivent s’adapter au genre féminin, je doute que ce choix de genre dans ces jeux changent quoi que ce soit, car oui, je n’ai jamais joué à ces jeux en incarnant une fille, ça ne m’intéressait pas-).

Nous ne pouvons pas continuer plus loin sur ce sujet controversé SANS soulever Anita Sarkeesian. Pour celles et ceux d’entre vous qui ignorent qui elle est, c’est la féministe américano-canadienne fondatrice de Feminist Frequency . En outre, elle est le créateur de la série YouTube Tropes vs. Women dans les jeux vidéo.

(Au passage, je remarque que l’auteure n’a même pas cherché à trouver l’image en version originale)

Je serai honnête avec vous, j’ai vérifié la série vidéo de Mme Sarkeesian, et je vais être complètement honnête, je ne recommande pas quelqu’un de regarder ses vidéos. Pour ne pas dire que je ne les aime pas parce que je ne l’aime pas en tant que créatrice de contenu, le problème avec sa série vidéo est qu’elle a été montrée pour servir des informations erronées dans ses vidéos et de ce que j’ai vu, elle a mis peu voire aucun effort dans aucune de ses vidéos.

Bon, là, je serai assez mal placé pour critiquer puisque je ne connaissais pas cette vidéaste, mais bon, quand je vois avec quelle rigueur l’auteure de cet article a pêché ses images…

Une des critiques d’Anita est que les jeunes filles en détresse dans les jeux vidéo sont souvent considérés comme un prix à gagner, ce qui rend le personnage féminin un objet de convoitise.

Alors je pense que toutes et tous seront d’accord avec moi, le jeu auquel nous pensons tous et toutes lorsqu’il s’agit de « jeune fille en détresse », c’est Mario.

« les jeune filles en détresse dans les jeux vidéo sont souvent considérés comme un prix à gagner, ce qui rend le personnage féminin un objet de convoitise« 

Pas forcément comme un prix à gagner, mais quand le speech de base (car l’histoire est vacante), c’est ça… Le jeu aura beau avoir le gameplay que vous voulez, si derrière, le seul morceau d’histoire principale qu’il y a, c’est « Il faut sauver la fille » sans rien d’autre, il ne faut pas s’étonner que ce cliché devienne une réalité pointée du doigt.

« Si vous croyez honnêtement à la théorie qu’une femme est une sorte de trophée à gagner, bien alors vous clairement n’avez pas une très haute opinion des femmes, n’est-ce pas ?« 

OU on peut justement en avoir une haute et justement plus facilement pointer du doigt ce genre d’injustice envers les femmes car on les remarque, je dis ça, vous le prenez comme vous le voulez hein. Les joueurs et joueuses ne le feraient pas, d’autres trouverez à s’en plaindre, et là que certain-e-s le font, il y en a quand même pour se plaindre, c’est invraisemblable…

« En outre, elle explique dans la vidéo comment une femme en détresse est « déchargée » (ndlr qu’elle n’a aucune capacité) en raison de son sexe, cependant, elle se contredit un peu comme elle finit par dire que si un personnage masculin est dans la même position, il n’est pas démuni en raison de son sexe (Attendez… quoi ?).

Fondamentalement, elle ne veut pas l’égalité hommes / femmes mais plutôt un traitement spécial, vous ne pouvez pas être pour un traitement spécial pour les femmes mais pas l’équivalent pour les hommes.« 

Alors je ne vous donnerai pas entièrement tort.

Ça n’a pas de sens d’enlever toute possibilité offensive et / ou défensive d’un tel personnage féminin, tout comme ça n’a pas de sens de décider que dans un cas similaire, pour un homme, ça passe et qu’il n’est pas désavantagé.

Mais si les femmes n’avaient pas droit à un traitement spécial (en leur défaveur) dans les jeux, personne n’en réclamerait pour les hommes, c’est un juste retour des choses.

Maintenant, Anita a proposé une idée pour éliminer entièrement le concept de la jeune fille en détresse, mais cela n’arrivera jamais si c’est une vieille coutume, mais pourquoi prendre la demoiselle en détresse si offensivement quand la seule personne qui serait offensé est vous-même? C’est un personnage fictif.

« On l’a toujours fait, donc pourquoi changer ? » J’ai vraiment besoin d’en rajouter ?

Mais pour être juste, si Anita avait usé de cet argument il y a 30 ans,[…] l’industrie du jeu était dominé par les hommes et l’est toujours, je ne discuterai pas avec vous à ce sujet.

Donc parce que c’est aujourd’hui la norme, peu importe l’injustice qu’elle véhicule et alimente, alors il ne faut pas y toucher ?

Sinon, il n’y a pas de femme développeur / producteur de jeux vidéo ?

Mais vous ne pouvez pas nier le fait que des progrès sont faits pour mettre plus de personnages féminins, par exemple dans le titre très attendu Mass Effect Andromeda, vous pouvez jouer un homme ou femme Ryder, les deux sexes étant considérés comme canon dans la continuité de l’histoire.

Ce qui ne retire pas tous les clichés sexistes précédemment cités, et la seule façon d’en finir avec eux, c’est de ne plus les utiliser dès maintenant.

Maintenant, nous allons laisser un peu Anita pour un moment pour nous intéresser à autre chose. Un grand nombre de féministes extrémistes se plaignent souvent de l’identité sexuelle sur les personnages de jeux vidéo, par exemple, un personnage féminin non humain porterait un arc rose, mais alors quelqu’un crierait «sexiste», mais la chose est que ces féministes auraient probablement aussi dit la même chose s’il n’y avait pas de représentation féminine.

Eh bien je ne suis pas d’accord : Quel besoin y a-t-il à donner un objet de couleur rose à un personnage afin de faire ressortir son côté féminin ? Le point sexisme n’est pas tant le fait que le rose soit utilisé pour le genre féminin mais surtout qu’il invisibilise totalement le fait que… c’est une simple couleur, même le genre masculin peut le porter sans se dire d’un autre genre que masculin… Bref, ces féministes n’auraient probablement pas fustigé s’il n’y avait pas de représentation féminine.

Ou que diriez-vous des personnages féminins qui sont habillés « controversée » (ouais, j’emploie ce terme lâchement) comme Bayonetta ? Il y a une différence entre être sexuellement objectivé et être sexuellement habilité. Les féministes extrémistes radicales pleureront et diront que Bayonetta est plus sexuée. Quand en réalité elle est sexuellement habilitée, elle est confiante et sait qu’elle est belle et elle fait étalage ce qu’elle a exactement, comment peut-elle être dégradée en tant que personnage féminin? À mon avis, elle est un personnage féminin fort, oui, elle n’est pas à égalité avec quelqu’un qui est plus conservateur que Samus Aran, mais elle est encore une bonne représentation des personnages féminins dans les jeux vidéo, et non avant de pleurer la défense « Bien, Bayonetta porte des vêtements serrés » Je vais vous arrêter là, parce que si vous avez déjà joué un jeu de la série Bayonetta, vous remarquerez qu’elle est un personnage très acrobatique, évidemment, elle va avoir besoin de quelque chose de serré pour pouvoir Déplacer la façon dont elle fait, tout comme la façon dont les gymnastes portent des vêtements serrés (mais tout le monde ne considère pas que sexiste?).

Question : Quel besoin y a-t-il à faire autant ressortir ses formes ? Même remarque que pour Lara Croft.

Retrouvant les jeux vidéo, je ne crois pas qu’il y ait une conspiration folle concernant le fait que les jeux vidéo transforment les gens en misogynes.

Soyons honnêtes : Avez-vous déjà entendu des histoires de personnes ayant joué à un jeu où ils ont giflé une femme puis se sont retournées et ont subi un lavage de cerveau pour haïr les femmes ?

Je ne le crois pas.

Une autre critique que les féministes extrémistes radicales feront est le fait qu’il y a un « manque de représentation féminine » dans les jeux vidéo. Mais ok, les femmes sont TOTALEMENT pas bien représentées.

Il y a une différence entre mettre des personnages féminins dans le casting d’un jeu et utiliser l’image féminine appréciée par les joueurs en fan service (genre bien mettre en valeur les fesses ou la poitrine des personnages en question), faisant de ces attributs 90% de l’utilité desdits personnages hein…

 

Une autre critique qu’Anita a faite au sujet des jeux vidéo, c’est que c’est un fantasme puissance masculine. Certes la plupart des jeux sont dirigés vers un public masculin, cependant, les femmes ont plus de médias pour satisfaire leurs fantasmes de pouvoir, comme des livres et des films, il n’y a pas que les jeux vidéo pour la féeries féminines, mais vous devez y penser comme ça : La plupart des jeux vidéo attirent les hommes plus que les femmes, les développeurs et les éditeurs sont dans l’entreprise pour faire de l’argent, étudier la démographie pour répondre à un certain groupe est la clé pour faire un profit. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les développeurs de triple-A se réveillent un matin et commencent une restauration plus féminine car les profits qu’ils font sont des hommes plus que des femmes. Si vous voulez que l’industrie change, elle viendra en temps voulu, mais le changer abruptement nuira à l’industrie.

Alors plusieurs choses :

Certes la plupart des jeux sont dirigés vers un public masculin

À ce que je sache, quand bien même dans bien des magasins, il y a des pancartes soulignant que des jeux sont pour les filles et d’autres pour les garçons, sur aucun jeu, il n’est spécifié « Jeu réservé aux hommes » ou « Jeu réservé aux femmes ». Et qu’est-ce qui oblige les consommateurs à suivre cette indication (dans le magasin) ?

les femmes ont plus de médias pour satisfaire leurs fantasmes de pouvoir, comme des livres et des films, il n’y a pas que les jeux vidéo pour la féeries féminines

J’ai cru qu’elle nous sortirait « la cuisine, le ménage et s’occuper des enfants » tellement sa phrase partait dans ce cliché… mais heureusement, non (ou alors elle devait la faire courte ?).

La plupart des jeux vidéo attirent les hommes plus que les femmes

Huuuuuuuum… Au XXIè siècle, pas sûr, vraiment…

les développeurs et les éditeurs sont dans l’entreprise pour faire de l’argent, étudier la démographie pour répondre à un certain groupe est la clé pour faire un profit. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les développeurs de triple-A se réveillent un matin et commencent une restauration plus féminine car les profits qu’ils font sont des hommes plus que des femmes. Si vous voulez que l’industrie change, elle viendra en temps voulu, mais le changer abruptement nuira à l’industrie.

Et justement, n’y gagneraient-ils pas en chiffre d’affaires en ciblant un tant soit peu plus le public féminin ?

Si vous voulez que l’industrie change, elle viendra en temps voulu, mais le changer abruptement nuira à l’industrie.

C’est vrai que si les consommateurs ne créent pas eux et elles-même le changement, il viendra tout seul… Je précise quand même que Taylor Lyles a dit juste avant « Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que les développeurs de triple-A se réveillent un matin et commencent une restauration plus féminine car les profits qu’ils font sont des hommes plus que des femmes. », donc si comme elle le dit, aujourd’hui, les développeurs et producteurs de jeux s’en tamponnent un peu du public féminin et qu’en plus, ce même public n’essaye pas de changer les choses en manifestant leur mécontentement (ce qu’elles font pour ensuite se faire engueuler par des personnes comme Taylor), à quel moment exactement cette industrie changera ? Et qui sera le précurseur de ce changement si ce n’est les premières intéressées ?

Citation en anglais cette fois :

On a side note if you are a female who says they would only play video games if there were more video games catering to a female demographic then are you really a gamer? Think about it, basically what those people are implying is that the quality of a video game is an after thought that plays second-fiddle because if it does not have a female protagonist then well nope they do not wanna play it. Well then, they clearly did not have an interest in video games in the first place, as it should not matter what gender fictional character you are playing in my opinion.

Et justement, le fait qu’on ne devrait rien avoir à faire de la question du genre dans les jeux vidéo devrait déboucher sur un traitement égal de l’homme et de la femme dans le jeu vidéo, et ce n’est pas parce que ce n’était pas le cas au démarrage que ça ne doit donc pas l’être aujourd’hui, bien au contraire

Voici ma question à Anita, extrémistes féministes radicales, SJW, et tout le monde qui pense qu’il y a sexisme dans le jeu :

Pourquoi êtes-vous si bouleversée par la façon dont les personnages fictifs sont dépeints dans les jeux vidéo ? Surtout là où il y a des problèmes réels, vous devriez être inquiète, en particulier les femmes vivant dans d’autres pays ? Si vous êtes pour l’égalité des femmes alors sortir dans les rues et protester, aller à ces pays où il est un patriarcat d’être une femme et être le changement. Si vous êtes toujours bouleversé au sujet de la représentation féminine dans les jeux vidéo, puis faire un studio de développement avec seulement des employés féminins et de faire des jeux, mais se lamenter sur l’Internet ne résout rien.

Moi j’ai une question pour vous, Taylor : La convergence des luttes, ça vous parle (a.k.a « le fait de ne pas avoir de cœur pour certaines injustice et des œillères pour les autres, ne pas se battre pour une seule cause », pour celles et ceux qui ne comprendraient pas) ?

Si elle est si contrariée par la façon dont les personnages féminins fictifs sont dépeints dans les jeux vidéo, c’est peut-être parce qu’on fait aujourd’hui comme avant mais avec les outils du XXIè siècle, que les modes de pensées ont évolué et que donc il serait peut-être temps d’actualiser tout cela.

« Si vous êtes pour l’égalité des femmes alors sortir dans les rues et protester, aller à ces pays où il est un patriarcat d’être une femme et être le changement. »

Ce que vous, assurément, vous faites. Ah mais non, c’est vrai, que les productions créées aujourd’hui faites dans la même logique qu’il y a 30-40 ans, ça ne vous dérange pas… Et au lieu de militer avec Anita ou plus simplement ne pas lui donner votre attention, vous préférez lui rentrer dedans au lieu de faire un article plus utile au site dont vous faites partie du staff…

« Si vous êtes toujours bouleversée au sujet de la représentation féminine dans les jeux vidéo, faites un studio de développement avec seulement des employés féminins et faites des jeux »

Cette idée est stupide, on peut très bien travailler avec des hommes tout en étant une femme et ne pas recevoir de privilèges ou en être privées et donc être traitée d’égal à égal, mais ça, j’ai l’impression que bien des humains ont du mal avec ce concept d’égalité…

« mais se lamenter sur l’Internet ne résout rien »

Parce que faire un article pour descendre une personne à cause de son combat, somme tout noble, résout quelque chose peut-être ? Encore une fois, militez avec Anita ou ne lui donnez votre attention et donc plus de visibilité, ça ne vous avancera à rien.

 

Et c’est ainsi que s’achève l’article d’origine, et je vous avoue que je ne pensais pas que mon article tournerait ainsi (je n’imagine même pas Taylor lire un jour mon article, mais bon, ça ne me dérange pas).