Et nous nous retrouvons finalement pour la dernière review de « Sasuke Shinden Raikô hen », et je ne pense pas que je referais de review par la suite, en tout cas, pas sur les épisodes adaptant le roman de Shikamaru (vous la sentez, ma motivation ?).

Oui, je sais, je suis largement en retard, mais… mieux vaut tard que jamais, hein ? Bref.

Puisque tout comme nous, Sasuke semble saoulé des flashs-back (un peu comme les spectateurs qui en ont marre des flash-back dans Naruto) de Chino, il s’en sort grâce à son Sharingan. Il a compris que Chino voulait simplement utiliser les humains explosifs pour se venger des Uchiha, faisant donc bien de Sasuke sa cible.

Et comme je l’avais dit dans la review du deuxième épisode de Sasuke Shinden Raikô hen, Chino avait préalablement envoyé des humains explosifs à Konoha pour y faire retourner Sasuke et ainsi faire d’une pierre deux coups. Cependant, ses plans ont été actualisés puisqu’elle a rencontré Sasuke au Village Bambou (village dont je ne me souvenais plus du nom), village qu’elle a attaqué avec Fûshin pour se venger de leur comportement envers le Gang Raikô. Sasuke partant à la recherche de Fûshin (qui se trouvait finalement à ses côtés), Chino et Fûshin n’avaient qu’à le suivre pour avoir plus de chances de l’éliminer.

D’ailleurs, je me pose une question depuis l’épisode précédent : le Dôjutsu de Chino lui permet de faire oublier les visages ? Parce qu’autant Fûshin a changé son apparence, autant Chino non, et rien n’est précisé là-dessus.

Une fois la situation éclaircie, Chino propose un combat entre les derniers représentants des Clans Uchiha et Chinoike, sauf que ça n’intéresse pas Sasuke.


Voulant à tout prix l’affronter, elle s’ouvrira la peau pour en faire sortir son sang, principal outil des techniques du Clan Chinoike.

Elle envoie donc des Serpents-Dragons de sang sur Sasuke qui s’en débarrassera dans le plus grand des calmes.

Il arrivera finalement au corps-à-corps et aura de nouveau l’ascendant.

Mais elle parviendra à échapper à sa vision et à réapparaître assez longtemps pour l’ouvrir légèrement l’avant-bras et y infiltrer son Chakra.

Le Chakra de Chino refermera la blessure de Sasuke.

Ensuite, Sasuke perdra le contrôle de son corps et se transpercera avec son sabre pour finalement exploser.

Pensant son affaire terminée, Chino sera en train de repartir lorsque Sasuke fera savoir qu’il a compris comment Chino créait les Humains Explosifs.

Se retournant, elle verra que Sasuke est bien vivant, sur les précédents Serpents-Dragons de Chino.

Une fois n’est pas coutume, c’est grâce à son Sharingan que Sasuke a laissé croire à Chino qu’elle avait gagné.

Acculée, elle déballera à Sasuke ce qu’elle a sur le cœur :

Chino envie Sasuke car il a eu tout ce dont elle a été privée : Un village, une famille qui l’aimait, il fait parti du Clan Uchiha. Même après qu’il eut déserté Konoha, tout le monde ne parlait que de lui, et malgré ses méfaits passés, il est toujours libre là où d’autres seraient soit emprisonnés soit se seraient faits exécuter, situation qui n’est comme telle que parce que Sasuke a des personnes qui le protègent et l’aiment (oui, j’en fais parti), et ce quoi que Sasuke ait pu faire.

Tout le contraire de Chino qui a toujours été seule.

À ce moment, Sasuke se souviendra de ses paroles envers Naruto :

« Oya mô kyôdai mô inee teme ni… ore no nani ga wakarutte’n da yo ?
Hajime kara hitori kiri datta teme ni ! Ore no nani ga wakarutte’n da, ha !!? »

Passage en rômaji fait il y a un moment par mon ami Mizuumi que je remercie mille fois ! W^_^W

Pour recontextualiser, ici, Sasuke lui dit qu’il ne peut pas le comprendre puisqu’il n’a jamais connu ses parents et n’a pas vécu le massacre de sa famille par un frère qu’il n’a pas, l’exact contraire de Sasuke.

Concluant, Chino ne comprend pas pourquoi Sasuke en fait autant pour Konoha qui lui a apporté la souffrance qu’il a si longtemps revendiquée. Konoha ayant sa part d’ombre méconnue par le plus grand nombre mais connue par celles et ceux qui lui en veulent, Chino ne comprend absolument pas les actions présentes de Sasuke.

Et c’est simplement parce qu’il est encore en vie car un ami, son ami, Naruto, l’a ramené de l’ombre, un ami qui, tout comme Sasuke, connaît la souffrance et peut donc les partager avec Sasuke, un ami voulant que tout le monde marche main dans la main dans l’entente mutuelle.

Mais Chino ne croit pas en la réussite d’un tel objectif, et c’est bien pour ce manque de confiance de la masse que Naruto veut que cet objectif réussisse, et Sasuke l’aide de son côté comme il le peut. C’est Naruto qui lie encore Sasuke à Konoha.

La morale de cette histoire, c’est que si des personnes se battent pour une cause profondément noble que vous souhaitez voir réussir mais que vous ne croyez pas en sa réussite, pour une quelconque raison que ce soit, au lieu d’empêcher les personnes qui font de leur mieux pour concrétiser cette cause, alliez-vous à elles, ainsi, il y aura toujours plus de personnes pour concrétiser ladite cause et une fois la majorité de personnes en action, la cause en question aura gagné. Or, si ceux qui n’y croient pas, sans même souhaiter que cette cause meure, lui mettent des bâtons dans les roues et / ou s’y opposent, alors elles ralentiront sa progression pour seulement se dire ensuite « Je l’avais bien dit, c’est irréalisable » alors que ça ne l’est pas, c’est juste qu’un groupe de personne rend irréalisable concrètement l’objectif de la cause rien qu’en s’y opposant.

Au final, Sasuke veut être comme Itachi : veiller sur Konoha dans l’ombre. Il peut être considéré comme l’Hokage qu’il souhaitait incarner, la haine en moins, veillant sur Konoha dans l’ombre tandis que Naruto effectue le travail à la lumière.

Sauf que ne croyant pas en la création d’un tel monde sur la longueur, Chino n’en veut pas (la peur de l’inconnu, tout ça) et souhaite que Sasuke l’élimine.

Intervient alors Fûshin.

Une fois les 3 réunis dans un périmètre de 1 mètre carré, Sasuke dit à Chino qu’avec l’arrivée de Fûshin, elle devrait être en mesure de comprendre ses précédentes paroles, à savoir que Sasuke a été sauvé par un ami qui est comme lui.

Fûshin demande alors à Sasuke de le tuer s’il veut vraiment tuer quelqu’un, faisant finalement comprendre à Chino les paroles de Sasuke.

Elle lui dira alors d’arrêter car elle ne supporterait pas de le voir mourir et elle remercie Sasuke.

Si elle ne l’avait pas rencontré au Village Bambou, elle aurait pu continuer de le haïr et aurait tout fait pour le tuer sans vergogne, ce qu’elle aurait préféré, mais maintenant, Chino a envie de voir le monde dont lui parlait Sasuke. Oui, Sasuke Narutorise à son tour, je pense même pouvoir dire qu’il Sasukeïse.

À Konoha, Hinata et Sakura ont terminé de soigner les humains corrompus par le Chakra de Chino dont la clique a été remis aux autorités de Konoha la veille, mais bien que Sasuke ait été pris en charge par les shinobis de Konoha envoyé à cet effet et pour ramener les membres restants du Gang Raikô, celui qui les avait arrêté, à savoir Sasuke, n’est pas revenu à Konoha avec tout ce beau monde, au grand damne de Sakura.

Dans les geôles de Konoha, Kakashi s’entretient avec le Gang et Chino prend pour elle toutes les responsabilités de leurs actes, étant le cerveau de la bande.

Intervient alors la Mizukage, invitée par Kakashi, le Rokudaime, qui leur propose d’entrer au service de Kiri afin de se racheter de leurs méfaits, et ce jusqu’à la fin de leur vie, tout comme n’importe quel shinobi, ceci inclus évidemment Kakashi.

Il leur apprend aussi que Sasuke est retourné au Colisée.

Mettant ses pupilles en jeu, il a provoqué tous les shinobis dans le but de les libérer de leur joug.

Cela inquiétera fortement Chino, car même si Sasuke est très fort (au poing de pouvoir faire jeu égale avec Naruto qui a pourtant aujourd’hui de nouveau une main droite, donc si Sasuke avait nouvellement une main gauche, il aurait l’ascendant sur le futur Hokage), il se frotte à d’innombrables possesseurs de Kekkei Genkai (le Colisée ayant pour but de les y réunir).

Naruto intervient donc dans la conversation en somment Chino de ne pas sous-estimer Sasuke, agissant sûrement ainsi pour Chino (et son précédent flash-back, concernant ce que lui avait dit Chino avant de partir la première fois le prouve, avant de provoquer tous les concurrents en est la preuve), il n’y a donc pas moyen qu’il perde.

De retour au Colisée…

Sasuke est légèrement exténué mais toujours debout, la sueur aux joues et au menton, mais bien debout…

Contrairement à tous les autres concurrents qu’il aura mis K.O., les mettant sous sa propriété.

Il a pour objectif final de les faire recueillir par Kumo, et c’est A, le Raikage, qui prendra la relève verbale, développant que d’un côté, tous les shinobis seraient accueillis à Kumo et que toutes les personnes impliquées dans les paris illégaux seraient faites prisonnières.

Autant dire qu’à par Oyashiro En qui était déjà planqué et qui a donc pu s’enfuir mais qui a quand même eu la chkoumoune, tous les autres présidents se sont fait choper.

Le Raikage prendre d’ailleurs Sasuke à part, et sauf erreur de ma part, et d’après le flash-back de Sasuke, la dernière fois qu’ils s’étaient parlés, c’était au Conseil des Kages, événement où Sasuke a fait perdre son avant-bras et sa main gauche à A.

Sasuke profite de cette occasion pour montrer patte et remercier A, mais il le calme en lui disant que c’est plutôt à son Rokudaime qu’il devrait dire merci car Kakashi est venu jusqu’à A en insinuant bien que, puisque le Colisée est proche de Kumo, c’était à Kumo de s’en occuper, c’est la seule raison de l’intervention de l’équipe de Kumo.

Pour changer de sujet et se concentrer sur Sasuke, A lui apprend qu’il y a un moment, Naruto l’avait supplié d’épargner Sasuke après qu’il ait kidnappé Bee.

Ayant le feu vert de Danzô, à ce moment-là officieusement Hokage puisque Tsunade était dans l’incapacité de tenir plus longtemps sa fonction, le Raikage s’était mis en chemin pour régler son compte à Sasuke.

Mais aujourd’hui, même A est heureux que lui et son équipe n’aient pas tué Sasuke à cette époque, car ainsi, Sasuke a appris de ses erreurs et avance aujourd’hui en ramenant dans le droit chemin des shinobi comme Chino et libèrent même d’innombrables autres du joug de riches personnes peu scrupuleuses, ce qui lui fait une raison de vagabonder librement à travers le monde comme il le fait.

À travers son action de la soirée, le Raikage a l’espoir que Sasuke ait convaincu quelques personnes, même s’il reste bien d’autres personnes à s’occuper et que la route de Sasuke, en définitive, ne serait jamais terminée tout temps qu’il restera des personnes à convaincre.

Au repaire d’Orochimaru, le Sannin et Oyashiro En parlent et nous apprenons, entre autre, que non seulement, Oyashiro En fait parti du Clan Chinoike, mais qu’évidemment, c’est le père de Chino et que c’est lui qui a décimé tout le Clan Chinoike, à l’exception de Chino, et qu’il a abandonné l’idée de mettre la main sur Sasuke pour le laisser s’occuper de Chino à sa place.

À Konoha, c’est Naruto et Sakura que l’on voit discuter du fait que, finalement, bien que Sasuke ait tiré une épine du pied de Konoha, il n’y est pas retourné, même rapidement. Le seul regret de Sakura est de ne pas être aux côtés de Sasuke comme elle lui avait demandé avant de départ du Uchiha.

En dernier, marchant sur la plage, Sasuke est accosté par un Faucon qui lui apporte deux messages.

Reconnaissant l’écriture de Naruto (qui écrit apparemment avec deux mains gauches -cœur sur tout-e-s les gauchers et gauchères qui me lisent-), il lit :

« Sasuke, tu n’es pas rentré au village, et pourtant tu le protèges. On croirait la Police de Konoha ! »

S’apercevant, via ce message, qu’effectivement, ça faisait longtemps qu’il n’était pas retourné à Konoha, Sasuke y songe finalement.

Et c’est ainsi, après avoir abusé du mot « finalement » durant toute ma review, qu’elle se termine !

Je ne m’amuserai pas à noter cette série de 5 épisodes de Sasuke Shinden, il n’y a que l’avant dernier épisode que je n’ai pas aimé, les autres passent sans problème même si cette adaptation ne commence pas avec Sasuke, c’était le chemin le plus facile à prendre pour la cohérence globale.

En revanche, je m’en rematerai certains passages, à l’occasion.